L’autosuggestion de Émile Coué

Vous connaissez sûrement le dicton: « Nul n’est prophète en son pays ». Il s’applique bien à Émile Coué. Celui-ci publia un seul ouvrage d’une cinquantaine de pages sous forme de brochure intitulé : La Maîtrise de soi-même par l’autosuggestion consciente. Cet ouvrage fut publié en 1913 et a rapidement été traduit dans plusieurs langues et distribué dans le monde entier. Il est même fréquemment réédité.

Vous vous demandez peut-être qui est Émile Coué ? Il est né le 26 février 1857 à Troyes, en France. Il était pharmacien et il a grandi dans un milieu modeste. Doué d’une grande intelligence, Coué décroche son bac en lettres, puis son bac en sciences et fait ses études à Paris pour devenir pharmacien. Il fait également des études de médecine pendant deux ans. Émile Coué a suivi les travaux de l’école de psychologie de Nancy, animée par les docteurs Bernheim et Liébault, autour de l’hypnose, de l’inconscient et de la suggestion.
Tout naturellement, Coué s’initia aussi à cette pratique pour pouvoir, après avoir mis ses patients dans un état d’hypnose, prononcer à leur intention des suggestions d’auto-guérison, de changement et de réconfort.autohypnose

Saviez-vous que lors de la publication de son livre, la méthode Coué est tournée en dérision en France? Sûrement parce qu’elle était considérée trop simple par les Français qui préféraient des théories plus sophistiquées, elle paraissait alors presque enfantine tant elle se trouvait à la portée de chacun. Cette méthode singulière, fondée sur le pouvoir de l’inconscient, a fortement déplu au corps médical et à l’Église catholique à cette époque. Mais en revanche, la méthode Coué sera connue et appréciée à l’étranger sûrement parce qu’elle est efficace, simple, pratique, et justement accessible à tous. Elle a ouvert la voie à la naissance de différentes méthodes de développement personnel comme la pensée positive, la sophrologie et la visualisation créatrice. Émile Coué s’est fait connaître par la diffusion internationale de son ouvrage et par le succès de ses conférences données dans le monde entier.
Il fut donc reconnu internationalement. Dans ses fréquentations on trouvait des personnes telles que:

• l’industriel Henry Ford
• Le duc d’York (futur George VI)
• Le président américain Harding
• La cantatrice Mary Garden
• Le grand-duc de Russie

À 28 ans, Coué ouvre sa première officine à Troyes. Là, il enseigne à ses clients l’autosuggestion et comment pratiquer l’imagination créatrice afin d’atténuer la souffrance et faciliter l’auto-guérison. Cela se répand rapidement et au fil des mois les malades affluent en masse à sa pharmacie. Les guérisons se multiplient. Il devient une célébrité mondiale avec sa méthode de guérison par autosuggestion consciente et positive. On vient le voir de partout à Nancy où il s’est ensuite installé. Sa notoriété dépasse alors les frontières.

La méthode mise au point par Émile Coué est l’œuvre de toute une vie d’observations, d’expériences avec ses clients et de recherches. Lors de ses recherches, une remarquable découverte fut faite. En tant que pharmacien, Coué savait trouver les bonnes paroles qui augmentaient l’efficacité des préparations pharmaceutiques qu’il procurait à ses clients. Un jour, une de ses clientes est venue à la pharmacie pour faire remplir l’ordonnance prescrite par son médecin. N’ayant pas le médicament dans sa pharmacie, Coué décida de lui concocter un placebo (mot latin signifiant: je plairai), c’est-à-dire une préparation à base d’eau, de sucre et de colorant, et comme à tous ses clients, il lui dit: « Vous allez voir, cela va vous faire beaucoup de bien ». La dame est revenue une semaine plus tard affirmant à Coué qu’en effet, ce «médicament» avait amélioré son état. Il a préparé la même potion à sa cliente jusqu’à ce que celle-ci guérisse complètement.
L’esprit observateur de Coué a alors fait des rapprochements entre l’amélioration de l’état de santé de ses clients et les propos suggestifs tenus au moment de leur remettre le médicament qu’il venait tout juste de leur préparer. Il s’est alors rendu compte que la suggestion pouvait représenter une arme puissante pour combattre la maladie.
Encouragé par cette découverte, ce fut pour lui le point de départ de ce que les psychologues P. Kissel et D. Barrucand ont ensuite appelé l’effet placebo en 1964.

Autosugestion Émile CouéGrâce à la répétition d’expériences semblables, Coué comprit que la suggestion avait beaucoup d’effet lorsqu’elle était bien dirigée. Il découvrit que les médicaments qu’il délivrait à ses clients donnaient des résultats positifs ou négatifs selon le degré de confiance que ceux-ci avaient en lui, et le genre de pensées qui nourrissaient leur imagination.

Émile Coué, dans son livre La maîtrise de soi-même par l’autosuggestion consciente, explique sa méthode en ces termes: «Vous qui lisez ce livre, retenez bien ceci: tous les
matins à votre réveil et tous les soirs, aussitôt au lit, fermez les yeux et, sans chercher à fixer votre attention sur ce que vous dites, prononcez vingt fois de suite avec les lèvres, assez haut pour entendre vos propres paroles et en comptant machinalement sur une ficelle munie de vingt nœuds, la phrase suivante: «Tous les jours, à tous points de vue, je vais de mieux en mieux».

La méthode Coué au final est une formule brève, simple et super facile à répéter matin et soir. Ça vous dit de tenter l’expérience? Faites-en la pratique pendant les 30 prochains jours et donnez-moi des nouvelles ici en me parlant de vos observations.

Share on Facebook6Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Share on Google+0

À propos de Betty Reis

Betty Reis possède une vaste expérience en consultation thérapeutique et en enseignement de l’hypnose et pratiques connexes. Elle a su intégrer cette riche expérience à sa pratique privée où elle a rencontré des milliers d’individus en consultation provenant du Québec et d’Europe depuis maintenant près de 20 ans.

Aucun commentaire pour le moment.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge